Je l'ai vu mais pas dans son bureau, dommage !

Dans la salle, il discutait avec une personne. Je suis entrée. En passant devant lui, j'ai hésité et puis très rapidement, je me suis approchée de lui, je ne voyais que lui. Je lui ai tendu la main et nous nous sommes salués. Il était très détendu et souriant. Cette année, il a acquis plus d'assurance lors de ses discours. 

A la fin de la séance, il m'a lancé un regard. J'ai encore l'image de son visage tourné dans ma direction.

Un fantasme doit rester un fantasme.

A l'instant, je pense à son départ, et je suis triste, les larmes montent.